Encore une semaine de « repos » terminée… Enfin « repos », c’est une manière polie de signifier mon absence de travail salariée mais il faut être clair : vivement le boulot que je me (re)pose un peu… De 7H45 à 20H00, les journées sont longues mais le résultat commence à poindre…

La salle de bain reste le point central de nos attentions et en l’occurrence la douche et les WC… Après avoir terminé le passage des réseaux électriques, des plomberies d’adduction et d’évacuation et les gaines de la VMC puis avoir isolé le maximum, il a été possible de se concentrer sur l’essentiel et le visible… comme le montage des toilettes, le placage ainsi que le coffrage des tuyaux…

WC

Il reste encore un peu de boulot pour que ce soit propre, surtout au niveau du coffrage des nourrices d’adduction…

reseau et sdb 058

Le vrai grand chantier est la « construction » de la douche à l’italienne… enfin qui devrait l’être (c'est-à-dire, pas de dénivellation entre le sol de la douche et celui de la salle de bain…). Nous sommes donc partis sur ce qu’on appelle un receveur à carreler, ultra-fin à poser directement sur les poutres… Cela nécessite de préparer un réceptacle en mortier pour le siphon qui doit être posé de manière millimétrique… ma spécialité…

reseau et sdb 008

Une fois posé, le récepteur est collé puis des bandes avec un mortier d’étanchéité viennent assurer (normalement) l’absence de ballade de gouttes d’eau dans des endroits où elles ne devraient pas aller… Pour faire ceinture et bretelles, les parois sont ensuite recouvertes d’un système d’étanchéité (le truc bleu schtroumpf : ce n’est pas la couleur de la peinture…) appelé SPEC…

Douche

Une fois toutes ces étapes de préparation réalisées, on peut attaquer le visible, la partie émergée du bricolage, celle qui fait plaisir à l’œil… Et avec Olivier, un copain moniteur de plongée, nous avons donc commencé par le sol, en l’occurrence les travertins qui nous masserons les pieds…

reseau et sdb 039

Après séchage, nous sommes passés au montage des parois mais une journée n’aura pas suffi aux très nombreuses mesures, découpes et réglages permettant de donner un résultat qui nous plait… Les « trouages » des sorties de cloison furent l’occasion d’un pic d’énervement classé 7 sur l’échelle ouverte de Ronchon (qui va jusqu’à 9, au moins…). Le premier trou, réalisé par une multitude de petits trous puis par un grignotage appliqué, fut relativement facile… Mais le deuxième… Un premier carreau était bien parti mais après 30 min de boulot, bling, un éclat s’est produit et le carreau était bon pour la poubelle… Alors il a fallu recommencer… après 20 min de boulot, les petits forets de perçage étant « morts », j’en ai utilisé un plus gros et là : rebling… le carreau s’est fendu… Joie, bonheur et vol plané du carreau à travers le jardin… Quelques injures ont aidé au plané… 7 sur une échelle de 9, je vous dis… Après quelques minutes de doutes, j’ai décidé de retenter le coup une troisième et dernière fois et c’est passé… Ouf…

Douche carrelée

Le lendemain fut consacré aux derniers rangs et le résultat commence à être à la hauteur de nos attentes… Encore une semaine pour y arriver : alors en piste !!!